Contact

         

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Blog

Le blog nutrition de Karen Vago

Filtering by Tag: vitamine A

Préparez vous pour l'hiver avec la vitamine A

Karen

Commencez dès maintenant à vous préparer pour l’hiver. Renforcez votre système immunitaire pour qu’il vous protège au mieux contre les rhumes, grippes, gastros et autres désagréments qui vous ralentissent dans votre vie.

Il est une vitamine essentielle pour notre immunité et notre santé en général. Je trouve qu’on ne lui donne pas une place de choix.

C’est la vitamine A (rétinol). On la trouve exclusivement dans les produits animaux.

Read More

Le (bon) beurre est bon pour votre santé

Karen

Je me souviens d'un aspect de mes nombreuses vacances en Suisse, dans la région du lac de Brienz, lorsque j’étais pas mal plus jeune qu’aujourd’hui.

Vous connaissez la réputation des fromages au lait cru de ce pays. Achetés là-bas sur place ils sont encore meilleurs...

J’ai entendu dire que les Suisses gardent les meilleurs fromages pour eux-mêmes !

En été, époque de l’année où les vaches sont dans les alpages, fromages et beurre ont des saveurs uniques liées aux nombreuses variétés d’herbes aromatiques et de fleurs des Alpes riches en principes aromatiques, qu’elles broutent.

Le village dans lequel je passais mes vacances avait coutume de faire une grande fête au retour des vaches dans le village pour y passer l’hiver.

Ces dames étaient décorées de fleurs et de cloches qu’on entendait au loin.

Tout le village venait les acclamer.

Et pour cause.

Le goût du lait, du fromage et du beurre provenant de ces vaches, brebis et chèvres, qui broutaient une herbe « en or », est resté dans mon souvenir.

Je sais aujourd’hui, que ces produits avaient (et ont encore) une qualité nutritionnelleexeptionnelle en comparaison avec leurs pâles imitations provenant de l’élevage industriel.

Le beurre est bon pour votre santé.

Oui ! Mais pas n’importe lequel.

En France nous avons des vaches qui ne mangent que de l’herbe, des vaches qui mangent en partie de l’herbe et en partie du maïs et autres compléments et aussi des vaches qui ne voient jamais un pâturage et qui ne mangent que céréales et « compléments ».

Les « compléments » sont des aliments autres que leur nourriture naturelle qui est l’herbe.

Les vaches sont des ruminants, elles sont faites pour manger de l’herbe.

En France, nous avons la chance que l’élevage intensif des vaches ne concerne que 13% environ du cheptel.

Ceci n’est pas le cas des porcs qui pour plus de 90% sont élevés de manière intensive.

C’est plutôt rassurant pour notre sujet qui est le beurre !

Mais ce qui compte ce ne sont pas des statistiques, c’est ce que vous avez effectivement dans VOTRE assiette.

Le beurre que vous mangez sera d’autant meilleur pour vous, que la vache a mangé en majorité ou exclusivement de l’herbe.

Demandez-vous, « Qu’est-ce qu’elle a bien pu manger cette vache qui a produit la crème dont est fait le beurre que je mets sur mes légumes, dans mes gâteaux et sur ma baguette croustillante au levain ! »

Des informations scientifiques nous montrent que le beurre provenant de vaches mangeant de l’herbe est de qualité nutritionnelle supérieure au beurre provenant de vaches mangeant des céréales et peu ou pas d’herbe du tout.

Une qualité supérieure

Les vaches qui mangent exclusivement de l’herbe produisent entre 2 et 5 fois plus d’omégas 3 que d’omégas 6 dans leur lait.

Pour votre santé cela veut dire moins d’inflammation et de maladies auto-immunes, moins d’allergies, de dépression, de douleurs articulaires, un moindre risque de maladies cardiovasculaires.

Le CLA, acide linoléique conjugué, est 5 fois plus élevé dans le beurre provenant de vaches nourries à l’herbe. Cet acide gras a des propriétés anti-cancer qui dans une étude française a montré que les femmes qui avaient plus de CLA dans les tissus du sein, avaient 74% moins de cancer que les femmes qui en avaient moins.

Le CLA est également bénéfique pour la perte de poids particulièrement dans la région de l’abdomen.

Les teneures en vitamine A, K2, D3 et E sont également supérieures.

La vitamine A, une des vitamines lipo solubles et au sujet de laquelle j’ai écrit plusieurs articles, est présente dans des quantités non négligeables dans le beurre provenant d’animaux mangeant de l’herbe : 500 UI pour 14 g. 14 g représente une cuillère à soupe ou une portion.

La vitamine A est nécessaire à la croissance, la fertilité, le système immunitaire, pour une belle et bonne dentition et une peau radieuse.

Une autre substance, est le facteur Wulzen, encore appelée facteur anti-raideur,  découvert dans les années 30 par une chercheuse du même nom.

Il protège contre le durcissement des artères, la calcification des articulations et les cataractes.

Il est toutefois seulement présent dans le beurre, la crème ou le lait crus. Le facteur Wulzen est détruit par la pasteurisation.

La vitamine D est connue pour son rôle dans la santé des os et des dents. Cependant son rôle est vaste : elle renforce le système immunitaire, augmente la performance des athlètes, elle peut améliorer l’humeur et le comportement, protège du cancer…

Ces articles vous en diront plus.

La vitamine K2 est nécessaire à la bonne utilisation du calcium par le corps. Elle le dirige vers les os et les dents plutôt que vers les artères où il peut avoir tendance à s’accumuler.

Longtemps appelé Activateur X avant son identification, elle aide à l’absorption des minéraux en général.

Elle est particulièrement riche dans le beurre provenant de vaches mangeant de l’herbe qui pousse vite au printemps et en été. Celui dont je vous ai parlé dans mon introduction.

Vous pouvez « voir » si votre beurre en contient beaucoup par sa couleur. Plus le beurre est jaune plus il contient de vitamine K2.

En voici l’explication donnée par le Dr. Kate Rhéaume-Bleue dans son livre, Vitamine K2 and the Calcium Paradox.

La vitamine K1 est abondante dans l’herbe verte. Le béta-carotène aussi. Lorsque les vaches transforment la vitamine K1 en vitamine K2, le béta-carotène est « embarqué dans le processus ».

D’où la belle couleur jaune du beurre riche en K2.

Voici une suite d'articles sur la vitamine K2 et sa relation avec les vitamine A et D et pourquoi elles doivent êtres présentes en même temps.

L’acide butyrique qui tient son nom du…beurre, est un acide gras à chaîne courte que le colon peut aussi fabriquer à partir de fibres alimentaires à condition d’avoir une bonne flore intestinale pour le faire !

Les cellules du colon s’en servent comme source d’énergie.

C’est une très bonne nouvelle si vous voulez réparer un intestin perméable ou tout simplement pour le renouvellement constant de votre paroi intestinale.

Des études sur les animaux ont montré que ce processus peut même être rapide en présence d’acide butyrique.

Garder une paroi intestinale intègre est le premier pas vers une santé optimale.

L’acide butyrique peut calmer l’inflammation dans les intestins et ailleurs dans le corps.

Cet acide gras à chaîne courte protège aussi contre toutes sortes de microbes et levures qui pourraient élire domicile dans vos intestins, et notamment contre le candida albicans.

Les vaches confinées et nourries avec des céréales sont traitées pour produire des quantités inhumaines (si on peut dire) de lait. Ceci a comme conséquence (entre beaucoup d’autres) de diluer la quantité de nutriments dans le lait.

D’après Jo Robinson, « La vache a une quantité fixe de vitamines à transférer à son lait. » Plus elle en produit, moins il y aura de vitamines pour chaque litre de lait.

Voilà beaucoup de bonnes raisons de manger du beurre provenant d’animaux mangeant de l’herbe. Il fait partie des bonnes graisses à incorporer dans votre alimentation.

Pour certains d’entre vous, manger du beurre sous forme de ghee (une sorte de beurre clarifié) est un meilleur choix.

Le ghee a cet avantage : il supporte de hautes températures de cuisson contrairement au beurre et à l’huile d’olive.

Il est aussi exempt de matières lactées qui peuvent causer des allergies.

Recette du ghee

C’est très facile à faire vous-même : faites chauffer du beurre non salé à feu doux dans une casserole. Laisser bouillonner très doucement jusqu’à ce que de la mousse se forme à la surface et commence à tomber au fond et à se colorer.

Ce sont ces matières lactées qui font que le beurre brûle facilement. Ce n’est pas le cas du ghee qui en est débarrassé.

A ce moment là vous pourrez voir à travers le beurre. Il est « clarifié ».

Comptez entre 20 et 45 minutes. Cela dépendra de la quantité de liquide dans le beurre.

Passer à travers un linge. Conserver à température ambiante.

Voilà vous avez une pure matière grasse, quasiment sans caséine et sans lactose, s’il est fait avec soin. Des traces peuvent rester qui ne poseront un problème que pour les personnes très sensibles.

Utiliser pour cuisiner, mettre sur vos légumes ou sur des tartines. Vous pouvez l’utiliser pour faire des crumble, pâtes à tartes, gâteaux.

Choix du beurre

De préférence choisissez du beurre provenant de vaches élevées à l’herbe. Maintenant vous savez pourquoi ! Appelez les fabricants et demandez-leur comment leurs vaches sont nourries.

Le nec plus ultra est de le choisir cru aussi. On trouve de plus en plus de marques qui en proposent.

Renforcez votre immunité avant l'hiver

Karen

C’est la saison des rhumes, angines, gastros et autres infections. Déjà autour de moi les microbes se manifestent. Cependant ils n’ont de prise sur vous, que si vos défenses sont affaiblies.

Préparez-vous dès maintenant ! Protégez-vous pour l’hiver et ne perdez pas votre précieux temps à être malade.

Votre système immunitaire est un système très sophistiqué qui vous protège en permanence. Il est relativement simple de l’entretenir, quotidiennement, avec votre alimentation, des plantes et nutriments, votre gestion du stress et un mental solide pour qu’il puisse mettre en route tout l’arsenal dont il dispose lorsque les microbes attaquent.

C’est une toute autre affaire si vous avez déjà succombé à l’invasion. Si par exemple un gramme de vitamine C par jour vous protège tout l’hiver (certaines personnes ont besoin de beaucoup plus que cela), une fois que les microbes (virus, bactéries, parasites, champignons) ont élu domicile et que vous en ressentez les symptômes, un seul gramme de vitamine C ne suffira pas. Il vous en faudra peut-être un gramme toutes les 2 heures pour éviter que les premiers signes d’un rhume deviennent un vrai rhume.

La vitamine C est un excellent anti-viral et vous pouvez en prendre comme indiqué ci-dessus jusqu’à la “tolérance intestinale”. Ceci veut dire jusqu’à ce que vos selles deviennent un peu liquides ou molles et vous sentez des gas. A partir de ce moment là vous pouvez espacer les prises sans toutefois arrêter complètement.

La limite de prise de vitamine C pour chacun est différente. C’est à vous d’en faire l’essai. Certaines personnes peuvent prendre jusqu’à 10 grammes par jour avant de sentir un changement dans la consistence des selles. Personnellement, en général, ma limite est 6 grammes.

La vitamine C est un exemple. Votre système immunitaire a besoin de beaucoup d’autres nutriments pour bien vous protéger.

Aujourd’hui je voudrais partager avec vous ce que vous pouvez faire AVANT de tomber malade.

Renforcez votre immunité pour l'hiver

Chouchoutez votre système digestif. C’est lui qui détient 80% des secrets de votre immunité.

Observez votre digestion et vos selles.

Êtes-vous constipé(e) (moins de 2 selles tous les jours), ballonné(e), avez-vous des selles molles, nauséabondes, de couleur douteuse (visez le brun moyen), de consistance douteuse (elle devrait être comme de la pâte dentifrice), des douleurs d’estomac ou de ventre, des renvois dérangeants etc ?

Prenez tous ces symptômes au sérieux. Intéressez-vous à ce qui sort de votre organisme. C’est un outil de diagnostic gratuit et à votre portée !

Regardez vos selles comme le faisaient les médecins du dernier empereur de Chine (dans le film de Bernardo Bertolucci).

Et même si vous n’avez pas ces symptômes en ce moment, vous pouvez vous occuper préventivement de cet aspect primordial de votre santé.

Fresh arugula leaves

Fresh arugula leaves

Mangez des plantes amères. J’en parle ici. Cela peut être aussi simple que de prendre de la salade de trévise, de roquette ou d’endives en entrée avant votre repas.

Prenez des probiotiques. De préférence ceux qui conviennent à votre groupe sanguin. Une étude finlandaise publiée dans BMC Microbiology en 2012, conclut que « le système des groupes sanguins ABO est un des facteurs génétiquement déterminé par l’hôte qui module la composition du microbiome humain ». Le docteur Peter d’Adamo le dit depuis plus de 20 ans !

Revenez au B.A.BA de la nutrition avec deux nutriments de base : les vitamines A et D. Ce sont les grands oubliés de la nutrition. La vitamine D un peu moins depuis quelque temps.

rayons de soleil

rayons de soleil

Surveillez votre niveau de vitamine D régulièrement. Personnellement, je le fais 2 fois par an.

Si vous vous êtes exposé au soleil de midi cet été sans écran total pendant au moins 20 minutes chaque jour, vous êtes couvert pendant quelque temps. Dès le mois de novembre, rendez vous dans un laboratoire pour faire vérifier votre niveau.

La fourchette recommandée (elle varie quelque peu d’un chercheur à l’autre) est de 40 – 60 ng/ml. Si vous êtes en dessous prenez de la vitamine D.

La vitamine A (qui diffère du béta carotène), est essentielle pour l’immunité et en particulier la protection des muqueuses qui tapissent les voies respiratoires et digestives. Vous ne la trouverez que dans les produits animaux. Le carotène des légumes est théoriquement transformé en vitamine A. En réalité cette conversion est très compromise par de multiples facteurs inhérents à l’état de votre santé.

Où la trouver ? Dans le foie animal (veau, bœuf, lapin, canard, poulet etc) et le foie de poisson comme le délicieux foie de morue, les jaunes œufs, le beurre et la crème provenant d’animaux mangeant ce qu’ils trouvent dans la nature comme de l’herbe, des vers de terre et des insectes.

Il est possible de trouver suffisamment de vitamine A, pour avoir une santé optimale, dans votre alimentation en consommant régulièrement ces aliments et en particulier du foie deux fois par semaine.

Twig of elderberry, Sambucus nigra, elder with ripe fruits

Twig of elderberry, Sambucus nigra, elder with ripe fruits

Les baies de sureau sont étonnantes. Elles ont la particularité d’empêcher les virus d’entrer dans vos cellules pour se répliquer. C’est ainsi qu’ils se multiplient dans votre corps. Ils ont besoin de pénétrer dans vos cellules sans quoi ils ne peuvent pas proliférer.

Ces baies qui poussent à l’état sauvage dans vos jardins, les bois et dans les haies qui bordent les champs valent la peine qu’on s’y intéresse de près.

Une préparation à base de sureau que j’aime beaucoup est celui qui se trouve… dans ma boutique !

Le Proberry 3 est un mélange de baies rouges dont le sureau. Il a l’avantage de ne pas contenir de sucre ajouté. Ce sont des extraits de baies qui lui donnent un goût délicieux. On peut le mélanger à de l’eau plate ou gazeuse, une infusion, en verser dans une compote, un yaourth ou du fromage blanc.

Voici une autre recette originale : à la place de votre vinaigre ou jus de citron dans votre sauce de salade, mettez du Proberry 3. Faites une vinaigrette simple avec de l’huile d’olive et du sel. Ce concentré de baies rouges donne un petit goût acidulé riches en saveurs qui étonnera vos papilles, tout en bloquant au passage des virus qui voudraient s’immiscer dans vos cellules pour s’y multiplier !!

Une autre pratique à mettre en place dès maintenant, c’est la préparation des bouillons d’os de toutes sortes. C’est la saison et c’est délicieux. C’est réconfortant après une journée bien pleine et ses bienfaits sont multiples.

Lisez mes articles de blog sur le bouillon.

Terrine de foies de poulet | Recette

Karen

 Cette terrine est délicieuse. C’est une recette de Nettle and Quince, le blog de ma fille sur « les liens entre famille et amis, tissés de souvenirs alimentaires passés, présents et futures ». Il est en anglais et ici je vous donne la recette en français.

Elle contient les vitamines A, D et K2 grâce aux foies provenant de poulets élevés dans la nature et au beurre provenant de vaches mangeant de l’herbe et vivant dehors.

Terrine de foies de poulet

Terrine de foies de poulet

Terrine de foies de poulet

Voici la recette originale.

Ingrédients

  • 450 g de foies de poulet

  • 180 g + 20 g de beurre (ou ghee)*

  • 1 petit oignon (ou une grande échalote)

  • Huile d’olive

  • Une grande branche de sauge et de thym

  • 1 c. à soupe de Madère ** (le Marsala marche bien aussi)

  • 1 c. à soupe de Cognac **

  • Sel et poivre

Enlever le gras des foies et mettre de côté.

Dans une petite casserole, faire fondre les 180 g beurre à feu doux. Une fois fondu, mettre de côté.

Emincer l’oignon (ou l’échalote). Dans une grande poêle faire fondre les 20 g de beurre avec un peu d’huile d’olive (l’huile empêche le beurre de brûler). Ajouter les oignons émincés, cuire à feu moyen et dès qu’il deviennent translucides ajouter les feuilles de sauge entières et le thym et remuer pour mélanger les saveurs. Augmenter toute de suite la chaleur et ajouter les foies de volaille.

Après quelques minutes (les foies doivent être légèrement bruns), retournez-les. Verser le Marsala et le Cognac et cuire pendant quelques minutes jusqu’à ce que le liquide soit évaporé. Retirer du feu et assaisonner avec le sel et le poivre.

Lorsque les foies sont assez refroidis pour pouvoir les manipuler, retirer la sauge et le thym, transférer sur une planche à découper et couper finement. Placer les foies dans un bol, ajouter les restes du fond de la poêle ainsi que le beurre fondu et placer au réfrigérateur pendant quelques heures et jusqu’à deux jours. C’est meilleur après un jour ou deux.

Notes de Karen :

* Il m’est arrivé de remplacer le beurre par du ghee et c’est délicieux aussi.

** La première fois que j’ai fait cette recette je n’avais ni Cognac, ni Madère et c’est délicieux aussi.

Cette recette est idéale pour booster vos apports en vitamine A, vitamine D et vitamine K2. Voir aussi les articles : Les oubliés de la nutrition, sur l'importance de consommer ces vitamines ensemble.