Contact

         

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Blog

Le blog nutrition de Karen Vago

Filtering by Tag: 2014

Augmentez vos défenses pour l’hiver, partie 3

Karen

Depuis quelque temps j’observe la chose suivante : les BASES nutritionnelles pour optimiser son immunité ne sont pas en place. La première est d’avoir une alimentation qui VOUS convient. Si vous me connaissez depuis quelque temps vous savez que je recommande l’alimentation qui respecte votre génétique. La première étape (il y en a 3 autres) que je recommande est de suivre l’alimentation selon votre groupe sanguin. J’ai écrit un livre à ce sujet : « Mangez mieux selon votre groupe sanguin ».

La deuxième est d’avoir un apport suffisant en vitamines A et D. Ces deux là sont parfois complètement ignorées et leur déficience s’accumule avec le temps et les années qui passent et engendrent des affections qui peuvent aller de grippes, rhumes et autres infections fréquentes en passant par la dépression, jusqu’au cancer.

Ce sont des vitamines essentielles pour la croissance c’est pour cela qu’on en donnait aux enfants sous forme d’huile de foie de morue. Elle est également importante pour l’adulte pour l’immunité, la fertilité et la bonne humeur en hiver.

Seulement voilà, sa méthode de fabrication a beaucoup changé aujourd’hui et elle n’a plus grand chose à voir avec celle qui était traditionnellement utilisée dans les pays nordiques.

La plupart des huiles vendues aujourd’hui sont distillées et les vitamines A et D sont détruites dans le processus. Ils rajoutent ensuite ces vitamines sous forme synthétique et dans des proportions différentes. Peu de ressemblance avec le produit d’origine qui selon la légende aurait fait la force des Vikings ! Ils avaient semble-t-il un tonneau de poissons qui fermentaient à la porte de leur maison et prenaient de temps en temps une gorgée au passage. Ca vous fait penser à quelque chose ? La potion magique d’Astérix ?

Les huiles fermentées comme autrefois contiennent ces vitamines A et D sous des formes très assimilables. Elles sont également une source d’omégas 3 et d’autres nutriments comme les vitamines K, E et le CoQ10. Si vous êtes intéressé par cette huile de foie de morue fermentée, une marque que je peux vous recommander est le Blue Ice Cod Liver Oil de la marque Green Pasture. Si vous glanez l’internet en Europe vous en trouverez sur des sites basés surtout en Angleterre et aux Pays Bas.

Avez-vous fait doser votre taux de vitamine D3 dans le sang? Pour avoir les effets complets de cette vitamine qui peuvent aller jusqu’à vous protéger contre la grippe et le cancer, les scientifiques recommandent un dosage optimal entre 40 et 60 ng/ml. Certains chercheurs poussent jusqu’à 80 ng/ml.

Deux substances : novatrice pour l'une, retrouvée pour l'autre

Deux suppléments originaux formulés par le docteur Peter D’Adamo et que vous trouverez dans ma boutique sont L’ARA 6 (arabinogalactan de mélèze) et le Proberry liquid à base de sureau.

L’ARA 6 est une poudre blanche issue d’une variété de mélèze dont l’utilisation pour la santé a été introduit dans les milieux de la santé naturelle par le docteur D’Adamo.

Son effet sur le fonctionnement du système immunitaire pourrait être comparé à celui d’un adaptogène, terme plutôt utilisé pour l’effet d’une plante sur la réaction au stress . En effet l’arabinogalactan de mélèze semble équilibrer la réponse de notre système immunitaire, que ce soit pour augmenter un fonctionnement trop peu actif (reflété par les infections par exemple) ou diminuer un système immunitaire qui s’est un peu trop emballé comme c’est le cas dans les maladies auto-immunes ou les allergies.

Pour en lire plus sur l’arabinogalactan aller ici (en français) ou ici (en anglais). Ce sont 2 articles différents.

L’ARA est une poudre blanche qui se prend très facilement dilué dans de l’eau ou du jus et qui peut améliorer votre digestion en même temps qu’il exerce ses effets pour moduler votre activité immunitaire, qu’elle ait besoin d’être boostée ou calmée.

Le Proberry 3 est un sirop de baies rouges contenant essentiellement un concentré de baie de sureau. Le sureau a une activité anti-virale bien démontrée.

Lors de mes études pour devenir nutritionniste, je me souviens d’une étude dont on nous a parlé, faite par une équipe de chercheurs en Israël qui a démontré qu’un extrait de sureau avait des effets antiviraux contre toutes sortes de virus de la grippe. La femme qui a mené l’étude initiale et d’autres par la suite est une éminente virologiste.

Ses recherches ont aussi montré son effet contre la grippe aviaire.

Les anciens connaissent déjà le sureau pour protéger contre la grippe et aussi en écourter les symptômes et éviter les complications si on l’attrape.

Cet effet est valable aussi pour le rhume.

Une des manières dont fonctionnent les constituants du sureau est d’empêcher le virus de se multiplier.

Proberry 3 est totalement naturel, il est composé exclusivement d’extraits de jus de fruits sans ajout de sucre, glucose ou autre élément sucrant ou de conservation. En prévention on utilise 2 cu à café par jour et en cas de rhume ou grippe on peut augmenter jusqu’à prendre 1 cu à Soupe plusieurs fois par jour.

Retrouvez les parties 1 et 2

Partie 1  | Partie 2  | Partie 3

Augmentez vos défenses pour l'hiver, partie 2

Karen

Evitez le stress et le sucre ! Ils sont tous les 2 très présents dans nos vies aujourd’hui et peuvent affecter parfois instantanément vos défenses. Le stress peut apporter du piquant à la vie comme disait Hans Selye « le père de la recherche sur le stress ». C’est la non adaptation au stress qui affecte votre santé.

Un des meilleurs moyens de se protéger est d’être conscient des effets du stress sur votre corps et de mettre en place des stratégies pour vous prémunir. Si vous savez qu’un événement stressant va se présenter dans votre vie comme un déménagement, un mariage, un divorce, un changement de travail, prenez les devants.

Si vous êtes en plein stress (certaines personnes sont dans un état de stress quasi permanent par leur mode de fonctionnement naturel), prenez conscience de votre état et faites quelque chose.

Il existe des nutriments qui protègent vos surrénales, les glandes directement affectées par le stress et dont le dysfonctionnement est à l’origine des multiples manifestations physiques du stress et notamment la diminution de votre immunité.

Voici les plus fondamentaux : vitamine C, magnésium et les plantes adaptogènes telles que le Ginseng sibérien, l’Ashwaghanda et le Rhodiola. Ces dernières permettent au corps de s’adapter au stress. Elles réorganisent la production d’hormones du stress dans le sens nécessité par le corps : augmenter le cortisol s’il est bas comme dans les cas de fatigue ou d’épuisement, diminuer le cortisol si le corps est en plein événement stressant.

Ces deux situations de fatigue des surrénales (avec trop peu de production de cortisol) ou de stress (excès de production de cortisol) ont un impact négatif sur un fonctionnement performant du système immunitaire.

Le sucre, que certains appellent « l’ennemi numéro un » peut diminuer votre réponse immunitaire très rapidement en l’espace de minutes, en ralentissant la réactivité de vos neutrophiles (une catégorie de globules blancs) devant un assaut bactérien.

Le job de ces globules blancs est d’ingérer (phagocytose) les microbes pour les rendre inactifs.

Une étude a montré que cette réponse immunitaire était diminuée après la prise de glucose, de fructose, de sucrose, de miel et de jus d’orange.

Limitez votre ingestion de sucre, même celui apporté par les fruits. Ils contiennent certes des nutriments bénéfiques mais aussi du sucre !

Mangez du bouillon tout l'hiver!

Cette décoction d’os et de plantes recèle des substances qu’on pourrait qualifier de magiques pour la santé.

Vous pouvez lire mes 2 autres articles sur le bouillon ici :

http://nutritionk21.com/blog/la-magie-du-bouillon/ http://nutritionk21.com/blog/bouillon-de-sante/

Le bouillon d’os contient de la carnosine et de la glutamine, deux acides aminés qui renforcent le système immunitaire.

Le cartilage des os présents dans votre bouillon «semble capable de stimuler presque chaque type de lymphocyte à monter une forte défense contre des microbes indésirables». (Sally Fallon, Nourishing Broth)

On a montré que la gélatine dans le bouillon stimule la phagocytose, le processus par lequel les globules blancs encerclent un microbe pour le manger et ainsi le rendre inoffensif pour l’hôte.

Certaines composantes du bouillon apportent des substances que la muqueuse intestinale va utiliser pour exercer son effet immunitaire. Il est dit que 80% de nos défenses sont situées dans les intestins. Le bouillon contribue à entretenir cette fonction essentielle.

Onion-Astralagus-AnisEtoilé-Ail

Onion-Astralagus-AnisEtoilé-Ail

Racine d'astragalus, onion, anis étoilé, ail

Les minéraux. Le bouillon d’os préparé avec du vinaigre (ou du vin) est riche en minéraux ayant un rôle fondamental dans l’immunité : magnésium, soufre et éléments traces.

Avant de vous donner la recette du bouillon d’os, je voudrais mentionner une racine que j’affectionne beaucoup depuis peu: la racine d’astragalus. Je connaissais son utilisation plus particulièrement pour le cancer et plutôt en capsules !

Depuis les formations que je suis avec Rosalee de la Forêt, j’ai appris qu’on pouvait tout simplement l’ajouter au bouillon d’os pour en extraire tous les bienfaits sur notre immunité. Elle est ce que l’on appelle immunomodulatoire.

C’est une plante nutritive que l’on peut utiliser régulièrement et généreusement. Elle exerce son action à la longue. Pour cette raison il est recommandé de l’utiliser très régulièrement si vous voulez avoir une réelle action sur vos défenses pour cet hiver.

A chaque fois que vous faites votre bouillon, une ou deux fois par semaine ajoutez de la racine d’astragalus.

Recette de bouillon

  • Os de veau, bœuf, poulet (demander les pattes de poulet et inclure des os avec cartilage)

  • Vinaigre de cidre, 1 à 2 cu à Soupe pour extraire les minéraux

  • Légumes de votre choix pour le goût : oignon, ail, carotte, branche de céleri

  • Herbes de votre choix : thym, laurier, romarin

  • Epices de votre choix : grains de poivre, anis étoilé* (un seul)

  • Gingembre frais

  • Racine d’astragalus, une bonne poignée pour 2 litres d’eau

Mettre les os dans votre marmite. Couvrir d’eau froide et ajouter le vinaigre. Mettre à feu moyen et laisser arriver à ébullition doucement. Ecumez plusieurs fois.

Ajouter le reste des ingrédients et laisser cuire pendant au moins 6 heures et jusqu’à 12 ou même 24 heures !

Vérifiez de temps en temps que les os sont recouverts d’eau.

Passer et buvez.

Ce bouillon se conserve au réfrigérateur pendant 5 jours. Il se congèle bien aussi. Buvez entre 1 et 3 bols par jour.

*Note : L’anis étoilé est un antimicrobien qui combat les virus, les bactéries et les champignons. En laboratoire on a montré que cette belle épice exerçait une activité contre le virus Epstein Barr, l’hépatite B, l’herpès simplex 1 et même le HIV.

Retrouvez les parties 1 et 3

Partie 1  | Partie 2  | Partie 3

Augmentez vos défenses pour l'hiver, partie 1

Karen

Il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire dans votre cuisine pour augmenter votre capacité à vous défendre contre les nombreux microbes qui vous entourent. Ce n’est pas le microbe qui est en cause c’est votre système de défense qui n’arrive pas à en venir à bout.

Voici parmi mes préférées, les stratégies nutritionnelles que vous pouvez mettre en place dès aujourd’hui pour passer comme une fleur à travers les nuages de microbes qui vous entourent.

La vitamine D3

SoleilVitamineD

SoleilVitamineD

Comme le dit l’une de mes herboristes préférées, Rosalee de la Forêt, la vitamine D est comme le chien de garde du système immunitaire. D’après les études qui affluent chaque jour sur cette vitamine on pourrait même dire : chien de garde féroce tant la vitamine D (en quantité suffisante) joue un rôle important et fondamental dans nos défenses.

J’ai beaucoup écrit sur cette vitamine. Elle a été le sujet de ma toute première newsletter en juillet 2009. Il y en eu d’autres depuis sur la vitamine du soleil.

Elle a un rôle essentiel dans vos défenses à condition d’en avoir suffisamment dans le sang. Les quantités recommandées par les autorités médicales ou gouvernementales en France sont bien inférieures à ce que préconisent les scientifiques, c’est à dire ceux qui savent vraiment.

Je préfère suivre ces derniers parce que les premiers sont très en retard dans ce domaine. C’est comme ça pour le moment.

Allez au laboratoire le plus proche de chez vous et faites faire un dosage de votre vitamine D3. Les normes proposées sont trop basses pour avoir tous les bénéfices de la vitamine D3. La protection contre le cancer devient très intéressante à partir de 75 ng /ml.

« Ces niveaux de vitamine D sont naturels et totalement dépourvus d’effets secondaires » nous dit Julien Venesson dans son excellent dossier Spécial Vitamine D pour la revue Alternatif Bien-Etre que je vous recommande vivement.

Veillez à avoir des niveaux entre 50 et 80 ng/ml. C’est dans cette fourchette que votre système immunitaire sera à même de contribuer à vous protéger contre les maladies liées à l’hiver et d’autres affections plus sérieuses comme la sclérose en plaques et de nombreux cancers.

Combien en prendre ? Dans nos latitudes il est pratiquement indispensable de se supplémenter en vitamine D en hiver même si vous avez passé votre été au soleil et que vous avez (analyses à l’appui) fait des réserves.

Ces réserves s’amenuisent avec le temps… gris de l’hiver. Dans ma boutique en ligne vous avez le Phyto D 2000 qui en plus de contenir 2000 UI par capsule, contient également du strontium et de la vitamine K2 pour la bonne santé de vos dents et de vos os.

4000 UI par jour est une bonne quantité pour une personne pesant 60 kg.

Surveillez par des prises de sang régulières et vous connaîtrez ainsi les dosages qui vous maintiennent entre 40 et 80 ng/ml.

Foie de Morue

Foie de Morue

La vitamine A

Le grand oublié de la famille des vitamines de base. Je parle de vitamine A et non de béta-carotène qui théoriquement se transforme en vitamine A et pratiquement ne le fait pas si bien que ça.

Pour diverses raisons de santé, cette transformation peut être très médiocre et nous laisser dans un état de carence en vitamine A.

Elle est indispensable à la fabrication des anticorps et à d’autres aspects de l’immunité. Elle renforce les muqueuses du corps comme celles de la paroi intestinale et du système respiratoire nous protégeant ainsi contre les invasions. Les maladies virales diminuent encore nos réserves et peuvent ainsi créer un cercle vicieux de déficience en vitamine A si déjà au départ elle était faible.

La vitamine A est connue pour son effet protecteur contre les maladies virales.

Comment l’obtenir ? Le foie animal en est riche : veau, bœuf, agneau, poulet, canard et oie. Le foie de morue, auquel on ne pense que rarement, contient plus de vitamine A que le foie de poulet, soit 14000UI par 100g.

Incorporez du foie de morue, le foie gras de la mer, dans votre alimentation hebdomadaire. Ajoutez du jus de citron, un peu de sel et régalez-vous en sachant que vous vous faites du bien.

80% de votre immunité est dans vos intestins

Le saviez-vous ? Et un moyen efficace pour faire en sorte que cette fonction puisse s’exercer pleinement est de veiller à avoir une flore intestinale en bon état de fonctionnement.

Voici quelques unes des fonctions des probiotiques liées à l’immunité :

  • la prévention de l'adhésion de microorganismes indésirables

  • la production d' une large gamme de composés antibactériens et antifongiques

  • l'amélioration de la résistance à certaines bactéries, telles que l'E. coli, la salmonelle et l'hélicobacter pylori

Et elles…

  • améliorent le fonctionnement anti-viral de notre système immunitaire

  • augmentent l'activité des cellules NK (Natural Killer Cells)

  • augmentent les IgA sécrétoires (S-IgA)

  • produisent de l'oxyde nitrique

  • modulent la réponse immunitaire cellulaire

  • activent le système réticulo-endothélial

  • favorisent une production plus équilibrée de cytokines

  • favorisent la résistance contre certains processus auto-immuns

  • diminuent les réponses immunitaires de type IgE

  • améliorent la réponse du système immunitaire aux vaccins

  • soutiennent le corps lorsqu'il y a diminution des globules blancs suite aux radiations

Pour en savoir plus vous pouvez lire l’article au complet ici  sur les probiotiques. Récemment une étude finlandaise a confirmé ce que le docteur Peter D’Adamo nous dit depuis 20 ans : la composition de notre flore intestinale est influencée par notre groupe sanguin. Voici l'article sur cette étude.

C’est pour cela que le docteur D’Adamo a formulé une préparation de probiotiques par groupe sanguin. Vous pouvez voir la gamme des 4 probiotiques Polyflora ici.

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour le deuxième partie de « Augmentez vos Défenses pour l’Hiver »

Retrouvez les parties 2 et 3

Partie 1  | Partie 2  | Partie 3

Réveillez votre côté sauvage!

Karen

Réveillez votre côté sauvage

Vous demandez-vous pourquoi il est nécessaire aujourd'hui de prendre des suppléments ?

Les raisons sont multiples : nos sols sont appauvris en minéraux avec l'agriculture intensive, la pollution omniprésente est un grand consommateur de nutriments dans notre organisme, le stress décuple nos besoins en vitamines et minéraux, nous mangeons trop souvent ce qui nous tombe sous la main...

L'autre raison dont on ne parle pas, est l'appauvrissement général de nos légumes et fruits depuis que l'Homme est devenu agriculteur.

J'ai récemment découvert le livre de Jo Robinson, Eating on the Wild Side. Jo Robinson l'est auteur de multiples livres et elle s'est surtout fait connaître avec ses écrits sur les bienfaits qu'il y a à consommer bœuf, agneau, poulet etc. provenant d'animaux élevés traditionnellement plutôt qu'en batterie.

Je vous recommande son dernier livre si vous lisez l'anglais. Il apporte un  éclairage nouveau sur le conseil, "mangez plus de fruits et de légumes". Oui, mais lesquels ?

Fraises1b-s
Fraises1b-s

Réveillez votre côté sauvage

Vous demandez-vous pourquoi il est nécessaire aujourd'hui de prendre des suppléments ?

Les raisons sont multiples : nos sols sont appauvris en minéraux avec l'agriculture intensive, la pollution omniprésente est un grand consommateur de nutriments dans notre organisme, le stress décuple nos besoins en vitamines et minéraux, nous mangeons trop souvent ce qui nous tombe sous la main...

L'autre raison dont on ne parle pas, est l'appauvrissement général de nos légumes et fruits depuis que l'Homme est devenu agriculteur.

J'ai récemment découvert le livre de Jo Robinson, Eating on the Wild Side, et j'aimerai partager avec vous quelques pratiques qui pourraient bien augmenter la qualité des aliments que vous trouvez dans votre supermarché. 

Jo Robinson l'est auteur de multiples livres et elle s'est surtout fait connaître avec ses écrits sur les bienfaits qu'il y a à consommer bœuf, agneau, poulet etc. provenant d'animaux élevés traditionnellement plutôt qu'en batterie.

Je vous recommande son dernier livre si vous lisez l'anglais. Il apporte un  éclairage nouveau sur le conseil, "mangez plus de fruits et de légumes". Oui, mais lesquels ?

Fraises2-s
Fraises2-s

Domestication = appauvrissement

La plupart des légumes que nous mangeons aujourd'hui sont très différents de leurs ancêtres sauvages. Petit à petit, tout au long des milliers d'années de sélection, les variétés ont perdu en vitamines, minéraux, phyto nutriments, fibres, acides gras essentiels, protéines et... goût.

"Une espèce de pomme sauvage qui pousse au Népal a 100 fois plus de bio nutriments que nos pommes les plus courantes ; quelques grammes de ce fruit fournit autant de phyto nutriments que six grandes pommes de la variété Fuji ou Gala" nous dit Jo Robinson.

Domestication = excès

Ils ont également gagné en une substance consommée en trop grande quantité aujourd'hui : c'est le sucre.

Certains végétaux ont vu leur teneur en sucre augmenter très fortement, ce qui en fait des aliments à risque pour nous. La pomme que vous mangez aujourd'hui a très peu à voir avec celle que la nature a créée.

Un excès de sucre est à l'origine de nombreuses maladies de civilisation telles que diabète, maladies cardiovasculaires, obésité, vieillissement précoce.

Jo Robinson donne l'exemple du maïs dont la variété sauvage contenait "30 pour cent de protéine et 2 pour cent de sucre.(...) Certaines des nouvelles variétés de maïs hyper sucrées contiennent jusqu'à 40 pour cent de sucre".

L'auteur explique que les premiers agriculteurs il y a 10 000 ans ont choisi de cultiver les végétaux qui étaient le plus agréables à manger en fonction de leur degré acidité, d'amertume et de douceur.

En faisant cela ils faisaient une sélection qui écartait toute une catégorie de plantes particulièrement riches en nutriments : celles qui étaient amères, acides et astringentes.

Par exemple les plantes au goût amer et acide sont bénéfiques pour le foie et la vésicule biliaire. Les remèdes qui rétablissent la santé de ces 2 organes sont des plantes ayant ces goûts prédominants.

Aujourd'hui s'ajoutent à cela les manipulations pour fabriquer des fruits et légumes qui se conservent et se transportent mieux, les longues périodes d'attente avant d'être consommé, la cueillette avant mûrissement.

Bref ce que nous mettons dans notre assiette a une pâle ressemblance nutritionnelle avec ce que la terre nous donne naturellement.

Jour après jour, mois après mois, année après année, cet appauvrissement finit par compter et votre santé s'en ressent.

Devons-nous redevenir sauvages?

Peut-être un peu.

Il existe un véritable "mouvement" mené  par des pionniers auteurs de livres et de blogs ou propriétaires de sites, et qui nous encouragent à cueillir dans la nature le plus de végétaux possibles pour enrichir notre alimentation civilisée avec des aliments beaucoup plus concentrés en nutriments.

Il y a aussi une autre solution que nous donne Jo Robinson : "Nous pouvons choisir ces variétés sélectes de fruits et de légumes qui ont conservé beaucoup de la valeur nutritionnelle de leurs ancêtres sauvages".

Elle a travaillé pendant 10 ans sur son livre! Et le plus étonnant est que son livre est un bestseller ! J'espère qu'il sera traduit en français.

Voici quelques variétés de fruits et légumes qui soit sont restés proches de leur parents sauvages , soiti sont particulièrement riches en nutriments, et que vous pouvez favoriser dans votre alimentation : roquette, trévise, patates douces, carottes rouges, kale, oignons, ail, poireaux, les pommes rouges, toutes les baies rouges (fraises myrtilles, mûres, framboises), la batavia rouge (plutôt que verte), les asperges fraîchement cueillies, les avocats...

Voilà un petit échantillon d'un livre de 400 pages qui donne pour chaque plante les variétés les plus riches en nutriments, comment les conserver et les préparer pour en conserver la richesse.

C'est un aspect important de l'art et la science de la cuisine nutritionnelle rassemblé en un livre, issu d'une recherche assidue et approfondie.

Elle révèle aussi des informations étonnantes pour augmenter la teneur en nutriments de certains aliments et qui à mon avis va révolutionner les idées reçues sur la manière d'obtenir un maximum de nutriments dans ce que nous mangeons

  • cuire des carottes entières et les couper ensuite augmente leur teneur en nutriments. 
  • Une sauce tomate qui a mijoté pendant des heures peut tripler sa teneur en lycopène
  • Une pastèque laissée en attente pendant quelques jours avant de la manger est plus riche en nutriments
  • Cuire certaines baies augmente leur activité antioxydante

Voici les conseils de Jo Robinson pour conserver une salade et en même temps en augmenter les nutriments.

"...rincer les feuilles et laisser tremper pendant 10 minutes dans une eau très fraîche...cela ralenti  le processus de vieillissement... séchez-les. Voici la surprise: Si vous déchirez les feuilles avant de les conserver, vous pouvez doubler leur teneur en antioxydants".

Elle continue en expliquant qu'en mettant les feuilles dans un sac plastique dont on a extrait un maximum d'air, et que l'on perce d'une douzaine de trous d'épingle, beaucoup plus de phyto nutriments seront conservés.

Jo Robinson donne l'explication scientifique au pourquoi de ce phénomène dans son livre qui a mon avis va devenir un évènement dans le monde de la nutrition.

Elle détruit de nombreux mythes dont celui selon lequel la cuisson détruirait les nutriments. Pour certains aliments (preuves scientifiques à l'appui) certains nutriments sont même augmentés par la cuisson. Une autre idée reçue (et que j'ai volontiers cru pendant longtemps, sans jeu de mots !) est que dès la cueillette les nutriments baissent. Jo Robinson donne l'exemple des fraises : laissez-les pendant 2 jours sur votre table de cuisine et leur teneur en antioxydants augmentera !

Son livre est un trésor de trucs et astuces pour augmenter la valeur nutritionnelle des aliments que nous trouvons dans nos marchés, par le mode de conservation et de préparation. Elle donne les aliments qui, en comparaison avec leur contrepartie sauvage, contiennent le plus de vitamines, minéraux et phyto nutriments.

C'est plus subtile que : le cru est mieux que le cuit, dès que vous cueillez un aliment sa teneur en nutriments baisse. Ce n'est tout simplement pas vrai pour tout.

L'art de se nourrir est plein de nuances et Jo Robinson a écrit un ouvrage qui en donne toutes les teintes.

Si vous lisez un tant soit peu l'anglais, achetez ce livre, Eating on the Wild Side, The Missing Link to Optimum Nutrition (Mangez côté sauvage, le lien manquant à la nutrition optimum).

La médecine des épices

Karen

Les épices ont passionné les peuples depuis la nuit des temps. Elles ont même été traitées avec autant de respect et d'estime que l'or et les pierres précieuses. Parfois l'or était  même mis au second rang, après ces "joyaux du royaume des plantes" comme les appelle le docteur Bharat B. Aggarwal. Et pour cause.

Leur pouvoir est multiple. Elles sont un concentré aromatique avec un pouvoir de conservation des aliments ; les aliments à leur contact s'élèvent à un niveau gustatif supérieur comparé au même plats sans aromates (imaginez un poisson au court bouillon sans bouquet garni!) ; elles entrent dans la composition des parfums les plus raffinés.

Il y a un autre aspect aux épices, connu depuis les temps anciens et qui aujourd'hui intéresse la communauté scientifique au plus haut point : il s'agit de leur pouvoir médicinal.

Epices
Epices
Votre armoire à pharmacie est déjà dans votre cuisine

Déjà en 2001 dans mon livre, "Mangez Mieux selon votre Groupe Sanguin," j'avais inclus de nombreuses épices dans les recettes, en détaillant pour chacune d'entre elles les effets sur la santé.

Le docteur Bharat Aggarwal dans son livre Healing Spices, définit ainsi une épice : "Une épice est comestible, aromatique et séchée. Elle provient de la racine d'une plante, de son écorce, sa tige, sa fleur, son fruit ou sa graine. (...) Lorsque les feuilles sont séchées elles deviennent une épice."

D'après sa définition on peut considérer la menthe une fois séchée comme étant une épice. 

Presque toutes les épices agissent sur un aspect ou un autre de la digestion, propriété d'un grand intérêt parce que ce qui influence notre santé est surtout ce que nous absorbons plutôt que simplement ce que nous mangeons.

Elles ont aussi, pour la plupart, un effet antioxydant et anti inflammatoire, aidant l'organisme dans des situations telles que douleurs articulaires, douleurs digestives, migraines ou douleurs liées aux règles. Elles nous protègent contre bactéries, virus et parasites. La cannelle et le laurier ont été étudiées pour leur effet sur le diabète et la régulation du sucre sanguin. Certaines activent notre métabolisme par leur pouvoir thermogénique.

Et enfin les épices intéressent et intriguent les chercheurs en ce moment pour  leur pouvoir protecteur contre le cancer pour ne pas dire plus !

On commence également à entrevoir l'utilisation thérapeutique de certaines épices pour la maladie d'Alzheimer et de Parkinson !

Le curcuma, pour commencer par celle qui intéresse le plus les chercheurs actuellement et qui a déjà fait l'objet de plusieurs milliers d'études, est un véritable trésor médicinal.

Le docteur Bharat Aggarwal auteur du livre Healing Spices, est un chercheur en cancérologie, biochimie et immunologie. Il a fait d'importantes découvertes  scientifiques notamment autour du curcuma.

Voici ce qu'il en dit: "Récemment mes collègues et moi à l'université du Texas M.D. Anderson Cancer Center avons comparé le curcuma à des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques ainsi qu'à des médicaments contre le cancer. (...) Le curcuma a été plus efficace pour réduire l'inflammation que l'aspirine et l'ibuprofène (...) et aussi efficace pour contrecarrer des cellules cancéreuses du sein que le tamoxifen, médicament largement utilisé pour stopper la prolifération ou la récurrence du cancer du sein. Ces résultats sont rien moins qu'étonnants."

Ses effets sur différents cancers sont très prometteurs et plus particulièrement sur le cancer du sein.

Voici quelques uns des autres effets importants et significatifs qui lui sont attribués: il peut réduire l'inflammation, avoir un effet antimicrobien (contre bactéries, virus et champignons), favoriser une bonne digestion, soutenir foie et vésicule biliaire  et réduire les douleurs. Il a aussi un effet favorable sur le système cardiovasculaire. Récemment une étude a montré qu'il pouvait protéger contre les accidents vasculaires cérébraux.

Cette épice étonnante est aussi étudiée pour ses bienfaits sur la maladie d'Alzheimer. Voici les mots du docteur Bharat Aggarwal : 

"La curcumine pourrait être le médicament du futur. (...) les études montrent aussi qu'il peut ralentir les dommages oxydatifs des neurones, réduire les dommages aux synapses neuraux, les voies de communication entre les cellules du cerveau ; et réduire les niveaux de métaux toxiques dans le cerveau qui pourraient contribuer à l'Alzheimer."

Vos articulations, tendons et ligaments bénéficieront également du curcuma.

Pour récolter ses effets thérapeutiques et médicinaux, prenez 1 à 2 cuillères à café de curcuma par jour pendant un repas contenant de la matière grasse ou du poivre. Vous pouvez aussi en mettre dans un peu de lait animal ou végétal contenant de la matière grasse.

Recette

Voici une manière délicieuse d'accommoder un reste de riz basmati. Faire chauffer un peu de ghee (beurre clarifié) ou d'huile d'olive dans une poêle. Ajouter du curcuma et remuer pendant un moment sans laisser brunir.  Puis incorporer le riz et faire chauffer tout en remuant. 

Vous aurez un riz d'une belle couleur jaune qui sera un rayon de soleil dans votre assiette et pour votre santé.

Laurier

Un des effets les plus remarquables de la feuille de laurier est son action sur le diabète de type 2. Dans une étude sur des personnes, la prise de 1 à 3 grammes de feuilles de laurier en poudre a diminué de manière significative les niveaux de sucre sanguin après seulement 30 jours. Cholestérol et triglycérides ont également diminué.

Des études ont montré que le laurier a un effet bénéfique sur l'estomac et la digestion aidant ainsi votre capacité à bénéficier de ce que vous mangez !

Le docteur Bharat Aggarwal rapporte dans son livre que le pouvoir anti oxydant de la feuille de laurier bats tous les records comparé à celui des autres épices et herbes aromatiques.

Comme de nombreuses épices, le laurier a un effet anti bactérien et anti inflammatoire.

Mettez des feuilles de laurier dans votre cuisine dès que vous pouvez : soupes, bouillons, pot-au-feu, poissons au court bouillon.

De quelle couleur sont les feuilles de laurier que vous avez dans votre placard ? Si elles ont pris une couleur marron, remplacez-les. Elles doivent être vertes.

Vous pouvez utiliser les feuilles fraîches de votre jardin. Elles seront plus amères et donneront un arôme plus prononcé. Pour y remédier laissez-les reposer quelques jours avant de les utiliser.

Voici une précaution importante : enlever le laurier avant de servir votre plat. La fille d'une de mes amies a avalé une feuille qui est restée coincée dans sa gorge et elle a du aller à l'hôpital pour la faire retirer ! Les bords acérés du laurier peuvent aussi blesser la bouche ou le système digestif si elle est avalée. C'est un phénomène connu des services médicaux !

Cardamome

Cette épice me transporte à chaque fois que je mets mon nez dans un flacon. En commençant ce texte je n'ai pas pu m'empêcher de prendre une gousse et d'en mâcher les graines !

C'est la reine des épices. Elle est traditionnellement connue pour ses bienfaits sur la digestion. Elle contribue à diminuer les flatulences, les maux de ventre, les spasmes intestinaux et la colite.

Elle est aussi utilisée pour soigner les affections génito-urinaires comme la cystite et l'incontinence urinaire.

Cette épice au goût merveilleux peut vous remonter le moral si vous avez le blues.

On sait maintenant comment agit la cardamome grâce aux recherches scientifiques. Elle est notamment riche en substances anti-inflammatoires et notamment le cinéole.

Le docteur Bharat Aggarwal nous dit : "Une équipe de chercheurs indiens a découvert que la caramome agit comme des médicaments cholinergiques (...) responsables de la salivation, la digestion et la relaxation musculaire (...)."

Que vos médicaments soient vos épices !

On peut mâcher des graines de cardamome après un repas pour se rafraîchir l'haleine et blanchir les dents; si vous avez mangé de l'ail, pensez-y.

Vous connaissez peut-être la pratique du Moyen Orient qui consiste à mettre une gousse de cardamome moulue dans le café. Je viens d'apprendre en préparant cette newsletter que la cardamome augmente l'enzyme du foie qui métabolise ...la caféine dans la phase 1 de détoxication du foie !

Il y a beaucoup à apprendre des pratiques alimentaires traditionnelles!