Contact

         

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Blog

Le blog nutrition de Karen Vago

Filtering by Category: 2016

Immunité : préparez vos défenses pour l'hiver

Karen

Santé en hiver
Santé en hiver

Les 5 fondamentaux pour votre immunité.

Stratégie #1 : Mangez selon votre groupe sanguin

Votre groupe sanguin est une clé qui peut ouvrir de nombreuses portes de votre santé et que vous ne soupçonnez peut-être pas … sauf si vous me suivez depuis un moment.

La science de la signification biologique de votre groupe sanguin existe et se développe de plus en plus.

Pour ce qui est de votre système immunitaire le docteur Peter D’Adamo le résume ainsi :

« Les groupes sanguins ABO sont une clé importante pour le système immunitaire du corps. Il contrôle l’influence des virus, des bactéries, des infections, des produits chimiques, du stress et tout l’assortiment d’envahisseurs et de conditions capables de causer une maladie et d’affaiblir l’immunité. A travers ses antigènes uniques il accomplit ceci en étant une sorte de gardien du portail biologique. »

Ce que mes clients observent pour eux-mêmes et ce que je constate depuis plus de 20 ans,  illustre bien ceci : ils ont moins de rhumes, grippes, et infections en tous genres et les allergies sont aussi affectées.

« Cet hiver je suis passée à côté de tous les rhumes et autres gastro que je côtoyais par mon travail. » Carmen

« Pour la première fois cette année je n'ai pas pris de médicaments pour mes allergies printanières. » Miranda

Vous enlèverez un stress important à votre organisme.

Mon livre peut-être votre première étape: "Mangez mieux selon votre groupe sanguin" aux Editions de l'Homme.

Stratégie #2 Diminuez votre stress et renforcez vos surrénales

S’il est un phénomène à l’origine de 85% des raisons pour lesquelles on va chez le médecin, c’est bien le stress.

Le cortisol, l’hormone principale du stress a un rôle modulateur de certains acteurs du système immunitaire.

Si votre cortisol est élevé (sous stress) les lymphocytes peuvent baisser voir presque disparaître d’après le docteur James Wilson spécialiste de la fatigue des surrénales.

Il dit aussi que les lymphocytes peuvent être en excès en situation de grande fatigue des surrénales.

Diminuez les stress dans votre vie en réduisant vos « obligations » superflues et remontez vos surrénales si elles sont fatiguées.

Pour diminuer votre réponse au stress prenez déjà du Cortiguard ou Catechol associé à de la vitamine C, un complexe de vitamines B et du magnésium,  les 4 ensemble pour avoir un résultat.

Ces nutriments vous permettront aussi de rééquilibrer vos surrénales qu’elles soient dans un état de stress ou fatiguées par lui.

Stratégie #3 Réduisez le sucre et les glucides

…pas seulement la cuillère de sucre que vous rajoutez à vos boissons ou les desserts qui vous tentent, mais aussi les aliments qui se transforment en glucose. Cela comprend les céréales sous forme de pâtes, riz, gâteau, biscuits, le millet, le sarrasin, le quinoa etc.

Le sucre sous forme de glucose diminue en quelques heures les performances de votre système immunitaire.

Le chercheur Linus Pauling, double prix Nobel, appelé père de la vitamine C, a étudié son effet anti viral et sa capacité à nous sortir d’un rhume banal avant qu’il ne s’installe et nous affecte pendant 10 jours ou plus.

Il a aussi montré qu’en présence de glucose la capacité des lymphocytes à détruire les virus et les bactéries, est diminuée de 75%.

Le mécanisme est en lien avec la vitamine C : le glucose et la vitamine C sont des molécules très semblables et en présence des deux, les lymphocytes peuvent par erreur intégrer le glucose, ce qui diminue la présence de vitamine C à l’intérieur des cellules.

Ceci réduit leur capacité à combattre les virus à cause du manque de vitamine C qui a été remplacé par le sucre.

S’il y a autant de rhumes, grippes et gastros au moment des fêtes de fin d’année et juste après c’est en grande partie à cause de la quantité de sucre sous forme de chocolats, desserts, boissons alcoolisées qui sont consommées à ce moment là.

Allez-y doucement tout en renforçant vos défenses par ailleurs.

Stratégie #4 Développez votre immunité intestinale

Là aussi les antigènes de votre groupe sanguin jouent un rôle pour favoriser une bonne flore intestinale.

Votre groupe sanguin a son mot à dire dans la composition de votre flore.

80% de vos défenses sont dans vos intestins et pour de multiples raisons elle peut être compromise :

  • La présence de lectines (celles que vous devez évitez sont déterminées par votre groupe sanguin) dans votre alimentation qui favorise inflammation et perméabilité intestinale. Pour les éviter mangez selon votre groupe sanguin.
  • Une flore qui n’est pas optimale par la prise d’antibiotiques (pas forcément fréquentes), la pilule, certains médicaments, une opération chirurgicale, le stress, trop de sucres/glucides.
  • L’absence de fibres qui favorisent une bonne flore
  • La présence d’autres organismes qui compromettent la bonne flore : parasites, bactéries, levures, champignons
  • Manger trop de salades, d’aliments froids ou de boissons glacées dès les belles journées d’automne et en hiver, périodes où le corps a besoin de plus de chaleur pour activer ou maintenir le « feu digestif ».

Alimentez votre flore avec le Polyflora O, A, B ou AB qui vous convient.

Stratégie #5Retour aux basiques: vitamines A et D

La vitamine A a une place de premier choix dans la fonction immunitaire. Nos muqueuses sont protégées par cette vitamine et elle stimule différents mécanismes par lesquels le système immunitaire nous protège.

Le rôle de la vitamine D3 pour améliorer le système immunitaire n’est plus à démontrer.

Vous pourrez lire plus sur les vitamines A et D sur mon blog, où les trouver et comment les consommer.

La vitamine A ne se trouve que dans les produits animaux tels que beurre, et foies animaux (y compris foie de morue). Notre capacité à convertir le béta-carotène en vitamine A n’est pas très efficace.

Pour la vitamine D mieux vaut la prendre en complément alimentaire en cette saison et sous nos latitudes où le soleil ne nous permet plus de la fabriquer parce qu’il est trop bas sur l’horizon.

Avec le Phyto D 2000 vous aurez en bonus de la vitamine K2 qui œuvre de concert avec la vitamine A et D. Vous verrez comment dans les articles ci-dessous.

Comme j’ai déjà écrit beaucoup d’articles sur ces vitamines je vous renvoi vers d'autres articles :

Retour aux nbases, les grands oublies de la nutrition

Augmentez vos défenses pour l'hiver

Vous en trouverez d’autres aussi.

Vous pouvez développer votre système immunitaire pour qu’il soitassez fort par lui-même pour combattre les microbes avant même que des symptômes de rhume, grippe ou gastro se manifestent. 

Avant même le premier éternuement.

Vous n’aurez même pas besoin de sortir votre arsenal de plantes, huiles essentielles ou homéopathie pour y remédier. Parlons-en au printemps prochain !

Le sel de mer est bon pour la santé

Karen

« Sel » est un de ces mots qu’il vaut mieux accompagner d’une explication. (« Viande » en est un autre mais ce sera pour une autre fois). Le sel que vous trouvez sur la table des restaurants, ou au supermarché et qui se nomme sel de table est du pur chlorure de sodium avec éventuellement de l’iode et un anti agglomérant.

C’est un sel bien blanc et qui coule aisément de la salière.

Le sel de mer non raffiné, en plus de contenir du chlorure de sodium contient 72 minéraux qui ont un effet bénéfique significatif sur la santé en agissant précisément au sein de nos cellules.

Sel de mer
Sel de mer

Le Dr Carolyn Dean, MD qui a écrit « The magnesium miracle » est une des spécialistes mondiales du magnésium et des minéraux en général.

Elle recommande, pour bien hydrater ses cellules, de toujours ajouter un quart de cuillère à café de sel de mer non raffiné à chaque litre d’eau que l’on boit.

Cela ne suffit pas d’ajouter ce bon sel dans  son alimentation. Il doit être présent dans l’eau que l'on boit.

Dans la nouvelle édition 2017 de son livre elle écrit :

« C’est une triste  méconnaissance de dire que le sel de table (chlorure de sodium) et le sel de mer sont la même chose. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Le sel de mer est rempli de 72 minéraux et le sel de table est seulement du chlorure de sodium. Vous pourriez appeler le chlorure de sodium une drogue si l’on considère le dommage qu’il fait au corps.

Une bonne hydratation, le sel de mer et des minéraux bien absorbés sont la clef pour un fonctionnement  cellulaire efficace. Lorsque vous avez la bonne quantité de minéraux dans la cellule, elle attire automatiquement l’eau à elle pour créer un parfait équilibre en électrolytes qui permet aux cellules de fonctionner efficacement. »

Le Docteur Carolyn Dean recommande de toujours ajouter du sel de mer à son eau de boisson ainsi que d’autres minéraux en complément, pour combler notre grande déficience en minéraux liée à la vie moderne.

Un autre défenseur de la combinaison eau + sel de mer est le Docteur F Batmanghelidj qui a écrit le livre « Votre corps réclame de l’eau ».

Il recommande aussi d’ajouter un quart de cuillère à café de sel de mer à chaque litre d’eau.

Pour illustrer comment l’eau et le sel peuvent "guérir" voici ce que dit ce médecin à propos de l’hypertension liée à l’âge.

« Il n’a pas été reconnu qu’une perte progressive de la sensation de soif lorsqu’on prend de l’âge est responsable de le survenue de la déshydratation et de l’hypertension qui s’en suit.

Naturellement une augmentation quotidienne d’eau et de sel de mer qui contient d’autres minéraux va corriger ce problème. La manière actuelle de s’occuper de l’hypertension est criminelle. »  Et par là il veut dire le prise de diurétiques.

Pour que l'eau pénètre dans vos cellules, votre "océan intérieur" et qu'elle ne reste pas à l'extérieur de vos cellules, votre "océan extérieur", votre corps a besoin de potassium (que vous avez dans les légumes et les fruits) ET DE SEL. Nous avons besoin de sel pour garder l'eau à l'intérieur de nos cellules.

Lorsque l’eau reste à l’extérieur des cellules, c’est là que l’on peut développer des œdèmes et même des problèmes cardiaques, d’après le Docteur Carolyn Dean.

Elle est sévère avec les médecins, ses pairs, qui prescrivent des diurétiques pour les œdèmes : « Si seulement ils pouvaient revoir les bases de la dynamique des fluides et du fonctionnement cellulaire, ils apprendraient peut-être la vérité.

Le problème avec le manque de fluide dans les cellules est que cela peut aussi affecter le cerveau …ma préoccupation est qu’une grande partie de la démence expérimentée par les personnes âgées est en fait simplement de la déshydratation et une déficience en minéraux. »

Voilà c’est clair, buvez de l’eau sans attendre d’avoir soif, ajoutez du sel et veillez à ingérer suffisamment de minéraux. La liste est longue des bénéfices que vous pourrez en retirer.

D'après le Docteur David Brownstein, un autre "spécialiste du sel", la mauvaise réputation donnée au sel doit être attribuée au seul sel raffiné dépourvu de sels minéraux. De plus l'utilisation de sel raffiné enlève des minéraux au corps.

Il nous explique que le corps humain est fait pour ingérer du sel, que nous avons des récepteurs pour le sel sur la langue pour nous donner envie d'ingérer du sel.

C'est le sel raffiné qui est à l'origine des problèmes de santé que l'on attribue à tort au sel en général.

Or le sel de mer non raffiné est un tout autre produit. Il nous est indispensable. Et la quantité de minéraux que nous apporte le sel de mer non raffiné n'est pas négligeable.

Voici comment avoir une idée de vos besoins en eau : multiplier votre poids en kilos par 30 pour obtenir la quantité d’eau en grammes.

Exemple : 60 kg x 30 g = 1800 g d’eau soit 1,8 litre.

S'il fait très chaud ou si vous faites beaucoup de sport vos besoins sont plus élevés encore.

Un dernier mot du Docteur F. Batmanghelidj, MD: vous n'êtes pas malade, vous avez soif! Ne traitez pas votre soif avec des médicaments.

Et l'hypertension est un seul exemple parmi beaucoup d'autres qu'il estime être associés à la déshydratation.

Le bouillon d'os

Karen

Il est une coutume qui existe partout dans le monde : celle d’avoir une marmite sur le feu qui mijote pendant des heures pour extraire les richesses qui se cachent dans…les os. ... le bouillon

C’est une façon de faire honneur à tout l’animal et pas seulement aux morceaux « nobles » qui se cuisent vite en faisant un aller retour dans la poêle.

Le bouillon, c’est de l’or pour votre santé. Nos ancêtres savaient combien un bol de bouillon pouvait faire du bien.

Aujourd’hui nous savons ce que contient cet élixir et combien ses ingrédients aident à restaurer la santé.

Bouillon d'os
Bouillon d'os

Gélatine et collagène

La gélatine (collagène transformé par la cuisson) c’est ce qui fait gélifier votre bouillon lorsqu’il est préparé avec des parties d’animaux riches en collagène, cette substance présente dans certaines crèmes de haut vol qui promettent monts et merveilles pour combler vos rides.

Vous aurez probablement le même effet sinon meilleur si vous buvez chaque jour du bouillon qui en est riche et en plus votre corps tout entier en bénéficiera.

Le collagène est une protéine constituée d’acides aminés qui forment notre tissu conjonctif qui est la colle qui nous maintient en place.

Lorsqu’avec l’âge la production de collagène ralentit, la peau devient flasque, les os peuvent devenir poreux et casser plus facilement, les tendons et ligaments deviennent plus fragiles à l’effort (penser tendinite, claquage), le cartilage des articulations se dégrade.

En consommant régulièrement du bouillon cette trendance peut se renverser et vous pouvez voir se renforcer votre tissu conjonctif.

La magie du bouillon réside aussi dans le fait qu’en l’ajoutant à une alimentation qui contient de la viande et de la volaille vous obtenez un meilleur équilibre entre les différents acides aminés.

La viande par exemple est riche en méthionine et d’autres acides aminés essentiels.

Le bouillon lui est riche en quatre autres acides aminés, dits non essentiels, quasi absents dans les muscles et qui ont des effets anti-âge, sur la performance athlétique, la santé intestinale (perméabilité) et la digestion, l’immunité, les cartilages, la peau, la détoxication .

Il s’agit de proline, glycine, glutamine et alanine.

Dans son livre Nourishing Broth, le plus complet à ma connaissance sur le sujet, Sally Fallon Morrell, explique que ces quatre acides aminés présents, quoique non-essentiels pour la vie, sont nécessaires si l’on veut jouir d’une excellente santé.

Voici ce qu’elle dit :

« Leur rôle vital dans la santé des intestins, pour soutenir le système immunitaire, équilibrer les niveaux de sucre sanguin, construire du muscle, avoir des os et des articulations en bonne santé, une peau lisse ainsi qu’un rajeunissement et une régénérescence générale, font qu’ils sont conditionnellement essentiels pour la vie mais absolument essentiels pour une santé radieuse. »

C'est un peu comme recommander de prendre 60 mg de vitamine C pour éviter le scorbut, alors qu'en prenant 1000mg à 6000mg ou plus vous aurez un autre niveau d'effets sur votre santé.

Souvent la dose fait toute la différence et il en est ainsi pour les constituants du bouillon.

La glycine est nécessaire à la fabrication par le corps du glutathion, notre anti oxydant interne le plus puissant et qui participe à la détoxication par le foie.

Pour se renouveler, les cellules de l’intestin utilisent la glutamine comme nourriture.

Buvez du bouillon pour guérir vos intestins devenus perméables par le stess et une alimentation qui ne vous convient pas.

Acide hyaluronique, glucosamine et chondroïtine

Un autre favori des crèmes anti-âge, l’acide hyaluronique permet à vos articulations de bouger aisément en les lubrifiant et est présent partout dans le corps et en particulier dans votre peau.

Dans les années 40 un chercheur hongrois, le docteur Balazs a trouvé comment extraire l’acide hyaluronique, aujourd’hui appelée hyaluronan, des crêtes de coq très prisées dans la cuisine/médecine chinoise.

Le bouillon en contient aussi. L’hyaluronan fait partie des glucosaminoglycans comme le glucosamine et la chondroïtine.

Tous trois ont une affinité avec l’eau qu’ils attirent, pour repulper les tissus qu’ils soient internes ou externes.

Des minéraux

En mettant du vinaigre ou un autre ingrédient acide (citron) dans l’eau de cuisson vous allez extraire les minéraux qui se trouvent dans les os que vous cuisez.

Calcium, magnésium, soufre, potassium et d’autres minéraux sont présents sous une forme qui les rend facilement utilisables par le corps.

Pour en savoir plus sur les bienfaits du bouillon je vous recommande vivement le livre, Nourishing Broth, disponible en anglais seulement.

Sally Fallon Morrel passe en revue toute la science qu’elle a trouvé sur la gélatine et les autres constituants du bouillon pour montrer que cet aliment traditionnel, mis de côté par manque de temps peut être un véritable traitement à lui seul.

Vous pouvez aussi lire mes deux autres articles ici.

Je vous encourage comme je le fais avec mes clients, à boire du bouillon tous les jours … ou presque.

Consommer entre un bol ou un litre par jour selon ce que vous recherchez pour votre santé.

Comment faire du bouillon pour qu’il contienne un maximum de composants.

L’idée est de faire cuire des os de toutes sortes pendant très longtemps pour en extraire un maximum de constituants bénéfiques.

La durée de cuisson peut aller de 4 heures à 24 heures et jusqu’à plusieurs jours.

On peut même utiliser les mêmes os plusieurs fois jusqu’à ce qu’ils s’écrasent sous la cuillère en bois. Personnellement je ne l’ai pas encore fait, mais j’ai lu des témoignages de personnes qui ont chaque jour, passé le bouillon, remis les os dans la marmite avec les ingrédients habituels pour donner du goût, recouvert d'eau, remis à cuire et ainsi de suite pendant une semaine.

Vous pouvez utiliser les os  :

  • de bœuf, d’agneau, de veau (comprenant un morceau d'articulation), de volaille (aussi cou, ailes et peau), de lapin, de gibier, de poissons.
  • des os à moëlle, des os longs et des cartilages.
  • des os crus ou des os qui ont déjà cuit.

Veillez à avoir des parties cartilagineuses. C’est ce qui va enrichir le bouillon en gélatine avec tous ses éléments bénéfiques pour vos cartilages, peau, intestins etc.

Les parties cartilagineuses des animaux contiennent le plus de collagène. La peau du poulet aussi. Ne l’enlevez pas. Cuisez là. Ensuite une fois que votre bouillon aura refroidi vous pourrez le dégraisser.

Ce que voulez obtenir c’est un bouillon qui fige complètement après refroidissement complet au réfrigérateur.

S'il reste liquide c'est que vous n'avez pas mis suffisemment de parties riches en collagène.

Vous pouvez laisser un peu de viande sur les os si vous voulez, mais ne comptez pas trop la manger. Elle deviendra insipide et aura perdu presque tous ses bienfaits dans le bouillon.

Si vous voulez faire cuire de la viande, comme une poule au pot ou un pot-au-feu, enlevez la viande et les légumes dès qu’ils sont cuits pour votre repas.

Continuez à laisser cuire les os seuls pendant encore plusieurs heures avec des aromates et autres ajouts pour donner du goût.

Il y a une autre méthode que je n’ai personnellement pas encore essayée mais dont plusieurs personnes parlent et c’est de faire cuire les mêmes os pendant toute une semaine sans discontinuer.

Au bout de 24 heures vous prélevez ce dont vous avez besoin pour la journée, rajoutez de l’eau et continuez la cuisson. En une semaine les os sont mous et ont donné tout ce qu’ils avaient.

Une recette de bouillon d'os

Mettre des os (avec cartilage et collagène tels que ailes, dos, pattes, peau de poulet, cartilage de veau, queue de bœuf) dans la marmite. Pour les cuissons très longues vous pouvez utiliser une mijoteuse électrique.

Vous pouvez utiliser des os crus ou des os qui ont déjà cuits comme par exemple la carcasse d'un poulet rôti ou des os de côtelettes d’agneau.

Un conseil. Conservez vos os au congélateur au fur et à mesure que vous en avez pour pouvoir remplir votre marmite.

Couvrir d’eau mais pas plus. Ajouter un oignon, du gingembre, du laurier, des grains de poivre noir, une carotte, du céleri branche, des herbes pour parfumer.

Pour augmenter la teneur en minéraux ajoutez plus de légumes que vous jetterez ensuite.

Et du vinaigre pour extraire les minéraux. Pour 2 litres d’eau ajoutez environ 2c à soupe de vinaigre.

Mettre à cuire à feu doux. Laisser cuire entre 12 et 24 heures en surveillant la hauteur de l’eau.  En rajouter si nécessaire.

Passer à travers une passeoire fine ou un filtre à café. Laisser refroidir.

Vous pouvez le conserver au réfrigérateur pendant 5 jours.

Dégraisser et consommer ou congeler. Vous pouvez aussi en congeler dans des bacs à glaçons pour utiliser dans vos sauces.

Ce bouillon peut se boire tel quel en ajoutant du sel de mer ou comme base pour des soupes de légumes.

Voir aussi mes articles  La magie du bouillon et Bouillon de santé

Le (bon) beurre est bon pour votre santé

Karen

Je me souviens d'un aspect de mes nombreuses vacances en Suisse, dans la région du lac de Brienz, lorsque j’étais pas mal plus jeune qu’aujourd’hui.

Vous connaissez la réputation des fromages au lait cru de ce pays. Achetés là-bas sur place ils sont encore meilleurs...

J’ai entendu dire que les Suisses gardent les meilleurs fromages pour eux-mêmes !

En été, époque de l’année où les vaches sont dans les alpages, fromages et beurre ont des saveurs uniques liées aux nombreuses variétés d’herbes aromatiques et de fleurs des Alpes riches en principes aromatiques, qu’elles broutent.

Le village dans lequel je passais mes vacances avait coutume de faire une grande fête au retour des vaches dans le village pour y passer l’hiver.

Ces dames étaient décorées de fleurs et de cloches qu’on entendait au loin.

Tout le village venait les acclamer.

Et pour cause.

Le goût du lait, du fromage et du beurre provenant de ces vaches, brebis et chèvres, qui broutaient une herbe « en or », est resté dans mon souvenir.

Je sais aujourd’hui, que ces produits avaient (et ont encore) une qualité nutritionnelleexeptionnelle en comparaison avec leurs pâles imitations provenant de l’élevage industriel.

Le beurre est bon pour votre santé.

Oui ! Mais pas n’importe lequel.

En France nous avons des vaches qui ne mangent que de l’herbe, des vaches qui mangent en partie de l’herbe et en partie du maïs et autres compléments et aussi des vaches qui ne voient jamais un pâturage et qui ne mangent que céréales et « compléments ».

Les « compléments » sont des aliments autres que leur nourriture naturelle qui est l’herbe.

Les vaches sont des ruminants, elles sont faites pour manger de l’herbe.

En France, nous avons la chance que l’élevage intensif des vaches ne concerne que 13% environ du cheptel.

Ceci n’est pas le cas des porcs qui pour plus de 90% sont élevés de manière intensive.

C’est plutôt rassurant pour notre sujet qui est le beurre !

Mais ce qui compte ce ne sont pas des statistiques, c’est ce que vous avez effectivement dans VOTRE assiette.

Le beurre que vous mangez sera d’autant meilleur pour vous, que la vache a mangé en majorité ou exclusivement de l’herbe.

Demandez-vous, « Qu’est-ce qu’elle a bien pu manger cette vache qui a produit la crème dont est fait le beurre que je mets sur mes légumes, dans mes gâteaux et sur ma baguette croustillante au levain ! »

Des informations scientifiques nous montrent que le beurre provenant de vaches mangeant de l’herbe est de qualité nutritionnelle supérieure au beurre provenant de vaches mangeant des céréales et peu ou pas d’herbe du tout.

Une qualité supérieure

Les vaches qui mangent exclusivement de l’herbe produisent entre 2 et 5 fois plus d’omégas 3 que d’omégas 6 dans leur lait.

Pour votre santé cela veut dire moins d’inflammation et de maladies auto-immunes, moins d’allergies, de dépression, de douleurs articulaires, un moindre risque de maladies cardiovasculaires.

Le CLA, acide linoléique conjugué, est 5 fois plus élevé dans le beurre provenant de vaches nourries à l’herbe. Cet acide gras a des propriétés anti-cancer qui dans une étude française a montré que les femmes qui avaient plus de CLA dans les tissus du sein, avaient 74% moins de cancer que les femmes qui en avaient moins.

Le CLA est également bénéfique pour la perte de poids particulièrement dans la région de l’abdomen.

Les teneures en vitamine A, K2, D3 et E sont également supérieures.

La vitamine A, une des vitamines lipo solubles et au sujet de laquelle j’ai écrit plusieurs articles, est présente dans des quantités non négligeables dans le beurre provenant d’animaux mangeant de l’herbe : 500 UI pour 14 g. 14 g représente une cuillère à soupe ou une portion.

La vitamine A est nécessaire à la croissance, la fertilité, le système immunitaire, pour une belle et bonne dentition et une peau radieuse.

Une autre substance, est le facteur Wulzen, encore appelée facteur anti-raideur,  découvert dans les années 30 par une chercheuse du même nom.

Il protège contre le durcissement des artères, la calcification des articulations et les cataractes.

Il est toutefois seulement présent dans le beurre, la crème ou le lait crus. Le facteur Wulzen est détruit par la pasteurisation.

La vitamine D est connue pour son rôle dans la santé des os et des dents. Cependant son rôle est vaste : elle renforce le système immunitaire, augmente la performance des athlètes, elle peut améliorer l’humeur et le comportement, protège du cancer…

Ces articles vous en diront plus.

La vitamine K2 est nécessaire à la bonne utilisation du calcium par le corps. Elle le dirige vers les os et les dents plutôt que vers les artères où il peut avoir tendance à s’accumuler.

Longtemps appelé Activateur X avant son identification, elle aide à l’absorption des minéraux en général.

Elle est particulièrement riche dans le beurre provenant de vaches mangeant de l’herbe qui pousse vite au printemps et en été. Celui dont je vous ai parlé dans mon introduction.

Vous pouvez « voir » si votre beurre en contient beaucoup par sa couleur. Plus le beurre est jaune plus il contient de vitamine K2.

En voici l’explication donnée par le Dr. Kate Rhéaume-Bleue dans son livre, Vitamine K2 and the Calcium Paradox.

La vitamine K1 est abondante dans l’herbe verte. Le béta-carotène aussi. Lorsque les vaches transforment la vitamine K1 en vitamine K2, le béta-carotène est « embarqué dans le processus ».

D’où la belle couleur jaune du beurre riche en K2.

Voici une suite d'articles sur la vitamine K2 et sa relation avec les vitamine A et D et pourquoi elles doivent êtres présentes en même temps.

L’acide butyrique qui tient son nom du…beurre, est un acide gras à chaîne courte que le colon peut aussi fabriquer à partir de fibres alimentaires à condition d’avoir une bonne flore intestinale pour le faire !

Les cellules du colon s’en servent comme source d’énergie.

C’est une très bonne nouvelle si vous voulez réparer un intestin perméable ou tout simplement pour le renouvellement constant de votre paroi intestinale.

Des études sur les animaux ont montré que ce processus peut même être rapide en présence d’acide butyrique.

Garder une paroi intestinale intègre est le premier pas vers une santé optimale.

L’acide butyrique peut calmer l’inflammation dans les intestins et ailleurs dans le corps.

Cet acide gras à chaîne courte protège aussi contre toutes sortes de microbes et levures qui pourraient élire domicile dans vos intestins, et notamment contre le candida albicans.

Les vaches confinées et nourries avec des céréales sont traitées pour produire des quantités inhumaines (si on peut dire) de lait. Ceci a comme conséquence (entre beaucoup d’autres) de diluer la quantité de nutriments dans le lait.

D’après Jo Robinson, « La vache a une quantité fixe de vitamines à transférer à son lait. » Plus elle en produit, moins il y aura de vitamines pour chaque litre de lait.

Voilà beaucoup de bonnes raisons de manger du beurre provenant d’animaux mangeant de l’herbe. Il fait partie des bonnes graisses à incorporer dans votre alimentation.

Pour certains d’entre vous, manger du beurre sous forme de ghee (une sorte de beurre clarifié) est un meilleur choix.

Le ghee a cet avantage : il supporte de hautes températures de cuisson contrairement au beurre et à l’huile d’olive.

Il est aussi exempt de matières lactées qui peuvent causer des allergies.

Recette du ghee

C’est très facile à faire vous-même : faites chauffer du beurre non salé à feu doux dans une casserole. Laisser bouillonner très doucement jusqu’à ce que de la mousse se forme à la surface et commence à tomber au fond et à se colorer.

Ce sont ces matières lactées qui font que le beurre brûle facilement. Ce n’est pas le cas du ghee qui en est débarrassé.

A ce moment là vous pourrez voir à travers le beurre. Il est « clarifié ».

Comptez entre 20 et 45 minutes. Cela dépendra de la quantité de liquide dans le beurre.

Passer à travers un linge. Conserver à température ambiante.

Voilà vous avez une pure matière grasse, quasiment sans caséine et sans lactose, s’il est fait avec soin. Des traces peuvent rester qui ne poseront un problème que pour les personnes très sensibles.

Utiliser pour cuisiner, mettre sur vos légumes ou sur des tartines. Vous pouvez l’utiliser pour faire des crumble, pâtes à tartes, gâteaux.

Choix du beurre

De préférence choisissez du beurre provenant de vaches élevées à l’herbe. Maintenant vous savez pourquoi ! Appelez les fabricants et demandez-leur comment leurs vaches sont nourries.

Le nec plus ultra est de le choisir cru aussi. On trouve de plus en plus de marques qui en proposent.

Citron, si bon

Karen

Depuis quelques années seulement l’origine du citron nous est révélé par une analyse d’ADN. C’est un croisement naturel entre le cédrat et l’orange amère.

Voilà pour son hérédité.

Le citron est utilisé pour son goût et aussi pour ses effets sur la santé. On le recommande beaucoup dans le cadre d’un programme détox ou le matin dans de l’eau tiède pour commencer sa journée.

Pourquoi ?

La première composante du citron qui vient à l’idée est la vitamine C.  Ces agrumes ont pu sauver les grands navigateurs du 18 ème siècle du scorbut qui a tué un grand nombre de marins avant que l’on sache qu’ils manquaient tout simplement d’une vitamine essentielle.

Sans vitamine C on meurt d’hémorragie. Les citrons en contiennent suffisamment pour vous protéger contre cette maladie de déficience.

Les citrons sont riches en flavonoïdes qui peuvent améliorer votre digestion. Ils agissent comme un tonic digestif.

Si vous sentez de l’indigestion se profiler ou si votre repas a été plus copieux qu’habituellement,  prenez du jus de citron, râpez le zeste et ajoutez de l’eau tiède. C’est un remède simple et efficace.

Bu le matin juste après le réveil, ce mélange peut réveiller votre système digestif et le mettre dans de bonnes conditions avant votre petit déjeuner.

Ajoutez-y le zest qui contient de la D-limonene, composante de l’huile de citron, qui augmente la capacité du foie à détoxiquer.

Un flavonoïde trouvé dans le citron et appelé hespéridine,  protège votre foie contre les dommages causés par les toxines de notre environnement moderne.

Le citron contient de l’acide citrique un autre inhibiteur naturel des toxines. Il augmenterait la capacité du foie à les éliminer.

Le citron favorise l’évacuation de la bile et la liquéfie pour entraîner les toxines dont votre foie veut vous débarrasser.

Une étude sur des animaux consommant une alimentation très grasse, a montré que les polyphénols extraits de la peau, a diminué leur prise de poids, et l’accumulation de graisse.

Le citron est un antibactérien qui peut aussi vous protéger contre des levures et champignons tels que le candida albicans.

Boire du jus de citron pendant le repas aide à régulariser les niveaux de sucre sanguin en ralentissant la vidange de l’estomac. Si vous êtes sujet à ces fluctuations accompagnez vos repas d’un verre d’eau citronné. Cela vous servira aussi si vous cherchez à perdre du poids.

Son effet diurétique sera aussi apprécié par vos reins.

Un effet étonnant du citron est de diminuer l’anxiété !

citrons
citrons

J’ai laissé le meilleur pour la fin.

Les qualités détoxifiantes du citron viendraient en grande partie de sa teneur en anions. Un anion est un ion chargé négativement : un ion négatif.

Dans l’air que nous respirons il y a des anions (ions négatifs bons pour la santé) et des cations (ions positifs mauvais pour la santé).

En bord de mer, à proximité des cascades et dans les forêts de pin, l’air est très riche en ions négatifs. Sans ions négatifs il n’y a pas de vie.

L’air des villes, un environnement pollué et une atmosphère influencée par la technologie moderne (bureaux, voiture, matières synthétiques, présence d’appareils électriques,  machines etc) sont riches en ions positifs et pauvres en ions négatifs.

Les effets sur la santé de ces 2 types d’ions chargés différemment, sont bien documentés.

Les ions négatifs peuvent

  • Dynamiser l’organisme,
  • Rendre l’oxygène plus disponible,
  • Améliorer vos défenses immunitaires,
  • Permettre aux athlètes de récupérer plus rapidement,
  • Avoir un effet antibactérien,
  • Réduire les problèmes allergiques respiratoires,
  • Réduire la dépression,
  • Diminuer l’inflammation,
  • Moduler le stress
  • … les effets sont multiples.

Pensez seulement comment vous vous sentez au bord de la mer, en haute montagne, auprès d’une cascade, d’une fontaine jaillissante, dans une forêt de pins et même après une douche.

Le caractère bienfaisant de ces atmosphères, est liée à la présence d'une grande quantité d’ions négatifs.

Et les citrons sont peut-être le seul aliment qui en sont riches !  

Certains pensent que les bienfaits des citrons viendraient essentiellement de là.

Achetez vos citrons par kilos et faites-en un usage généreux : avant de commencer votre journée et plusieurs fois dans la journée buvez un verre additionné de jus de citron et de son zeste.