Contact

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Les algues

Blog

Le blog nutrition de Karen Vago

Les algues

Karen

Mangez-vous régulièrement des algues ?

Ces légumes de la mer sont beaucoup plus riches en toutes sortes de nutriments que les légumes de la terre et je vous recommande vivement de les inclure dans votre alimentation quotidienne… en quantités suffisantes pour en récolter les bienfaits.

Photo d'algue fraiche
Photo d'algue fraiche

Les japonais ont compris la valeur des algues pour la santé depuis longtemps et en font une grande consommation, beaucoup plus grande que notre léger saupoudrage de temps en temps dans une salade.

Des documents historiques très anciens, enseignent que les algues ont servi à nourrir les peuples vivant au bord de la mer.

L’Irlande aussi a une longue histoire d’amour avec les algues. Le docteur Prannie Rhatigan (médecin, auteur du livre Irish Seaweed Kitchen) dit :

« Nous avons appris à connaître certains aspects de sa puissance médicinale au travers de siècles d’expérience. Ce que nous sommes sur le point d’apprendre à travers la recherche moderne en terme de bénéfices pour la santé va nous étonner. »

Les algues sont classées en 3 grandes familles, par leur couleur : rouges, brunes et vertes.

Elles sont généralement très riches en minéraux et éléments traces (calcium, magnésium, potassium, fer, iode, sélénium, zinc, manganèse, soufre, silicium, chrome).

Les vitamines y sont aussi présentes : beta-carotène, la gamme des vitamines B, vitamine C, vitamine D, vitamine E.

Selon les variétés et les saisons de cueillette, la teneur en nutriments va varier. C’est pourquoi les experts recommandent de consommer des variétés différentes pour bénéficier des bienfaits de toutes les algues.

Les algues les plus riches en iode sont les laminaires (encore appelés kelps) et le fucus vesiculosus.

La laitue de mer contient des niveaux élevés de fer. D’après Le docteur Prannie Rhatigan qui récolte des algues depuis son enfance, la laitue de mer récoltée au début de l’été à une teneur en vitamine C plus élevée.

Les algues contiennent aussi d’autres substances, les alginates, qui peuvent protèger contre notre exposition quotidienne aux éléments radioactifs.

Ces alginates sont surtout présentes dans les algues brunes.

Valérie Cooksley, était infirmière dans une unité de radiothérapie oncologique. Aujourd’hui, encore infirmière, elle est experte en méthodes de soins alternatifs.

Voici ce qu’elle recommande : pour se protéger contre les effets des éléments radioactifs lors de radios, IRM, scans, mammographies, radiothérapies et même les scans d’aéroport, prendre entre 5 et 15 grammes de poudre d’algues brunes quelques jours avant et pendant encore une semaine après l’exposition.

Ces algues peuvent en effet escorter hors de l’organisme les éléments radioactifs en se liant à eux pour les éliminer par les intestins.

Elles font de même avec les métaux toxiques tels que plomb, mercure et cadmium.

En 1992 dans mon livre, Protégez votre corps, maîtrisez les pollutions, j’écrivais :

« Lorsqu’un élément radioactif pénètre dans l’organisme, il a tendance à se fixer dans un ou plusieurs sites de prédilection, spécifiques de cet élément, tels que les os, la thyroïde, les poumons, les ovaires, les testicules, la moelle. D’autres particules encore libres, continuent à circuler dans le circuit sanguin : ici les nutriments présents dans le sang et cités plus bas feront leur travail d’élimination ; d’autres encore (contenus dans les aliments ingérés) parcourent le tube digestif. Les intestins constituent donc un excellent point de passage pour éliminer ces éléments radioactifs ; et ce sont les algues, la pectine, l’argile qui effectuent leur travail ici.

C’est donc la présence, dans notre alimentation quotidienne, des aliments et nutriments suivants, qui nous assurera d’une protection permanente contre les doses de plus en plus élevées de radioactivité ambiante.

Les algues sont une nourriture très intéressante pour l’élimination des toxines du corps. Elles contiennent des minéraux mais aussi des fibres ligneuses capables d’entraîner toutes sortes de toxines.

Les algues, en particulier, le varech aussi appelé kelp, contiennent de l’alginate de sodium. A l’université McGill au Canada, une étude sur des animaux a permis de conclure à l’efficacité de l’alginate de sodium pour éliminer jusqu’à 80% du strontium 90 de l’organisme. Cette substance passe dans l’intestin sans être digérée, entraînant le strontium au passage.

Elles contiennent aussi de l’iode. Si la glande thyroïde est déjà saturée en iode naturel, l’isotope radioactif n’y sera pas retenu. »

Nous sommes tous contaminés par ces éléments radioactifs dans le monde actuel. Nous ne pouvons y échapper. Le sujet de la pollution n’est pas très sexy. Cependant nous devons la prendre en considération et ce qui m’émerveillera toujours, c’est que la nature à toujours une réponse aux expériences de type « apprentis sorciers » des hommes.

Mangez des algues, surtout les brunes et les rouges.

Les algues brunes contiennent du fucoidan qui stimule notre système immunitaire à produire les cellules qui nous protègent contre toutes sortes de micro organismes : bactéries, virus, parasites.

« Le fucoidan que l'on trouve dans le fucus inhibe la croissance de nombreux virus et bactéries indésirables. Certains virus pour lesquels cette substance exerce un effet antagoniste sont : le virus de l'herpès simplex, le cytomégalovirus humain, et le virus HIV. On a montré que le fucus agglutine les cellules de plusieurs souches de Candida. Le fucus a aussi un effet toxique sur certaines souches d'E. coli et toutes les souches testées de Neisseria meningitis. »

Pour en savoir plus sur le fucus cliquez ici pour lire cet article sur mon site.

Les algues contiennent également de la chlorophylle qui est anti-inflammatoire, anti-cancer, anti-oxydant, permet de dégrader les pesticides et aide à la réparation de l’ADN.

On a aussi montré les effets thérapeutiques des algues sur toute une variété d’affections.

Le fucus contient une forme d’iode qui est le précurseur des hormones de la thyroïde , la di-iodotyrosine. Il peut être une aide précieuse dans les premiers stades d’une thyroïde qui commence à sous fonctionner par exemple après une période de stress intense.

« Les algues sont utilisées depuis des siècles en médecine japonaise et chinoise pour le traitement de divers cancers. Dans des études en laboratoire, des cellules de cancer ont été complètement détruites dans les 72 heures après avoir été traitées avec du fucoidan. » (Dans, Seaweed, de Valerie Cooksley)

Le cancer est un domaine de la santé pour lequel les algues ont un rôle de prévention et de traitement. C’est du à leur riche teneur en minéraux qui agissent sur le système immunitaire et à des substances spécifiques comme le fucoidan et l’alginate de sodium.

On a montré que certaines variétés d’algues avaient des effets anti-tumorales et anti-mutagènes.

D’autres peuvent dissoudre des tumeurs qu’elles soient cancérigènes ou non.

Et n’oubliez pas que les algues peuvent détoxiquer l’organisme de substances toxiques telles que les métaux lourds qui peuvent contribuer au cancer.

Dans une étude sur les animaux, on a pu montrer qu’un extrait d’une algue rouge a été plus efficace (de 27%) que le tamoxifène pour réduire la croissance de tumeurs mammaires.

Une étude coréenne a montré qu’un extrait de certaines algues pouvait réduire la prolifération de bactéries qui favorisent le développement de la gingivite.

Une étude australienne sur 15 patients a montré un effet inhibiteur sur différentes sortes de virus de l’herpès y compris le zona. Les personnes ayant un herpès actif ont été guéri plus rapidement et celles qui avait de l’herpès dormant sont restés sans symptômes.

On pense souvent que seule la thyroïde a besoin d’iode. Savez-vous que nous les femmes, avons plus d’iode dans les seins que dans la thyroïde ?

L’iode peut supprimer la croissance des tumeurs et accélérer la mort des cellules cancéreuses.

Les femmes japonaises consomment beaucoup plus d’iode que les femmes américaines et le taux de cancer du sein y est nettement inférieur à celui des Etats Unis.

Cependant lorsqu’elles migrent aux USA et adoptent le même type d’alimentation, l’incidence du cancer du sein chez elles, rattrape celle des femmes américaines.

Voilà qui peut vous donner un aperçu de quelques raisons d’incorporer plusieurs fois par semaine des quantités significatives d’algues dans votre alimentation.

Comment consommer les algues le plus simplement possible ?

Les algues sont utilisées fraîches, séchées, en poudre et sous forme d’extrait de différentes substances actives.

photo de salade d'algues
photo de salade d'algues

Pour commencer, la manière la plus simple est de les consommer sous forme d’algues séchées ou en poudre que vous saupoudrez sur vos salades.

La cuisine des algues est tout un art culinaire que je n’ai pas encore exploré, mais que j’aimerai apprendre à connaître.

Pour le moment j’utilise les algues en paillettes qui font partie intégrante de mes salades. J’en mets 5 grammes (un petit bol) par personne pour une salade.

L’expert en algues, Ryan Drum, recommande de consommer de 5 à 15 grammes au moins 2 fois par semaine et de choisir surtout les brunes et les rouges dans un ratio de 2 :1.

Quinze grammes par semaine n’est pas un maximum d’après lui qui en consomme plus du double.

Il explique aussi qu’une consommation régulière, encourage la formation d’enzymes digestives qui contribuent à leur bonne digestion et à l’absorption de leurs nutriments.

Variez les algues que vous consommez pour bénéficier des effets et des nutriments propres à chacune.

Attention ! Certaines personnes peuvent avoir une sensibilité à l’iode. Cette sensibilité n’est pas une vraie allergie. On ne peut pas être allergique à un élément essentiel à la vie.

C’est probablement une quantité d’iode excessive pour vous, qui vous fait réagir.

Aussi l’iode est un détoxiquant puissant et vos réactions pourraient bien provenir d’un excès d’élimination de toxines d’un coup.

Si c’est votre cas, limitez votre consommation des algues de type laminaires et de fucus vesiculosus qui sont les plus riches en iode.